29/04/2005

Un temps pour tout...

Je postais ici pour partager des émotions à travers des images et des textes d'auteurs qui me touchaient, parfois pour une raison précise, parfois pas...
 
Tout ça c'était juste pour moi, et non pour un quelconque égo surdimmensionné...
 
A présent il est temps de fermer une fois pour toute ce blog car j'estime ne plus rien avoir à y dire ni à y faire... et puis je n'ai plus non plus le temps de le mettre à jour à vrai dire.
 
Je continuerais toutefois de vous lire et quand j'en ai l'envie ou le temps, de vous commenter ;)
 
Bizours tout le monde...! (et tout particulièrement à toâ mon ch'tit Crassipan)
 

That's all folks :p


21:30 Écrit par L@rsen | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Tu danses ?


Quelque part, Dieu sait où
Peut-être au coin de rue suivant
Le danseur au garde-à-vous
Est là qui t'attend
C'est dehors, c'est partout
C'est la loi depuis la nuit des temps
Personne n'a rendez-vous
Mais tout le monde se rend
Comme ça, sans savoir, machinal
Là sur le trottoir une étoile

Il vient d'où ce mystère
Qui t'emmène à ton point de départ ?
Ce fil qui brille par terre
Que tu es la seule à voir
C'est dans l'air, Dieu sait où
Au bout de ta ligne de chance
Le danseur au garde-à-vous
Attend que tu avances
Un jour comme un autre banal
Là sur le trottoir une étoile

À son fil de couleur
La fragile lueur du signal
Sous les habits du danseur
L'autre moitié de ton cœur
Initial

C'est plus l'histoire d'une étrangère
C'est le film que tu préfères
Et t'as le rôle principal
C'est plus l'histoire de quelqu'un d'autre
C'est la chance qui tape à la porte
C'est pour la Une du journal

Quelque part, un beau jour
Au Carrefour de la Bonne Fortune
Deux ombres qui dansent pour
N'en faire plus qu'une
...

Deux ombres qui dansent pour
N'en faire plus qu'une
Un jour comme un autre, banal
Là sur le trottoir une étoile

À son fil de couleur
La fragile lueur du signal
Sous les habits du danseur
L'autre moitié de ton cœur initial

C'est la loi depuis la nuit des temps
Un jour tu fermes les bras
Et y'a quelqu'un dedans


Francis Cabrel
Les Beaux Dégâts

Le danseur (2004)



15:00 Écrit par L@rsen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Correspondance...

 

Sous la lune
quelques-unes
De mes pensées se défont
Elles m'échappent
Elles se drapent
Dans leurs manteaux de saison
J'imagine
Qu'elles terminent
Leurs courses au bord de ton balcon
On devrait correspondre
Puisque tu me corresponds

Que deviennent
Mes poèmes
Quand ils prennent l'horizon
Où partent
Toutes ces cartes
Qui se décrochent de mes cloisons
Certaines
Me reviennent
Un peu plus troublées que de raison
On devrait correspondre
Puisque tu me corresponds

Si je savais tourner autour de la Terre
Si je savais comment faire
Si j'avais ce don
Je me collerais contre tes volets de fer
J'y resterais tant qu'à faire
Pour de bon

Sur le fluide
qui les guide
Toutes mes pensées s'en vont
J'peux pas croire
Qu'elles s'égarent
Avant d'avoir trouvé ta maison
Je présume
Qu'elles y allument
Toutes les lampes de ton salon
On devrait correspondre
Puisque tu me corresponds
(1/2)
Je pensais tenir sous contrôle
Tout mon cortège d'envies
Mais je vois bien qu'à tour de rôle
Chacune d'elles s'enfuit
En longues portées de corolles
Qui partent pour leur plus beau rôle
S'enrouler à tes épaules
Comme tout ce que j'écris
On devrait correspondre

Si je savais tourner autour de la Terre
Si je savais comment faire
Si j'avais ce don
Je me collerais contre tes volets de fer
J'y resterais tant qu'à faire
Pour de bon

Sous la lune
Quelques-unes
De mes pensées se défont
Elles s'élèvent
Et mon rêve
À tes lèvres loin se confond
Quelle chance
Quand j'y pense
Je suis sûr qu'il danse à ton front
On devrait correspondre
Puisque tu me corresponds


Francis Cabrel
Les Beaux Dégâts
Tu me corresponds (2004)

14:56 Écrit par L@rsen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/04/2005

Ici ou Là...

 
 
 

... mon Toâ...


19:57 Écrit par L@rsen | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Hackée again...

(et oui, encore...)
 
... mais chuis têtue et quand je veux rien de rien ne m'arrête. Tu te trompes de personne, je t'assure :-), tu sais pas à qui tu as à faire, tu te fatigueras bien avant moi...
 
Donc, pas la peine de te fouler, tu m'auras pas, qui que tu sois... à moins de me rouler dessus, mon site continuera de repousser ^^.
 
(Tu serais pas un site zazien des fois ? Rha, la jalousie... :p. Atta et t'as pas vu la future version toute neuve toute belle hihi...)

19:50 Écrit par L@rsen | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Rhôooo les enfoirés...

 
 
 
 
... m'en fout, me vengerai...
 
... et pis d'abord c'est même pas beau Tahiti, gna...
 
(Comment ça je suis de mauvaise foi ? ^^)

19:44 Écrit par L@rsen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

P'tite nièce (bis)

 
 

... la ch'tite dernière :p

Sont pas mimi toutes les deux ?



19:41 Écrit par L@rsen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |